Accueil
 Mises à jour
 Actualités
 Interviews
 
 
 
 Séries
 Auteurs
 Illustrateurs
 Traducteurs
 Dossiers
 
 
 
 Erreurs
 Cartes
 Solutions
 Extraits
 
 
 
 Critiques
 Feuilles d'aventures
 Livres-jeux en ligne
 Livres-jeux amateurs
 Quizz
 
 
 
 Forum
 Livre d'or
 Contact
 Liens
 Remerciements
 
 
 

 

 

 

 

Les Sceaux de la Destruction


Cliquez sur les couvertures pour les agrandir

 

1ère édition (cliquez sur l'image pour l'agrandir)              
première édition avec le logo
Défis Fantastiques
             
               

   
Série :
Auteur :

Titre original :
Traduit de l’anglais par :
Illustration de la couverture :
Illustrations intérieures :

Année de l’édition Anglaise :

Année de la traduction Française :
Sortie de l'édition Française :

Edition Française :
Collection :
Numéro d’édition :

ISBN :
Nombre de paragraphes :
Défis Fantastiques n° 23
Robin Waterfield
Marks of Mayhem
Sylvie Bonnet
John Sibbick
Russ Nicholson
1986
1987
novembre 1987
(première édition avec le logo Défis Fantastiques)
Editions Gallimard (Folio Junior)
Un Livre Dont vous êtes le héros
471
2-07-033471-6
(première édition)
400

 


Résumé

Vous êtes le noble souverain d'Arion, calme cité située au nord-est de Khul, que vous gouvernez pour le plus grand bien de tous vos sujets. Pourtant terreur et destruction menacent de s'abattre sur ce havre de paix. En effet, dans les montagnes de Krill Garnash où elle a établi son repaire, Morgane la sorcière vient de donner vie à douze Golems. Onze d'entre eux portent un masque marqué d'un Sceau de la Destruction. Seul manque le dernier Sceau qui pourrait donner à cette sorcière maléfique un pouvoir sans partage : la légende n'affirme-t-elle pas que quiconque réunira les douze Sceaux sera le maître du monde ?

Deux dés, un crayon et une gomme sont les seuls accessoires dont vous aurez besoin pour vivre cette aventure. VOUS seul déciderez de la route à suivre, des risques à courir et des créatures à combattre. Alors, bonne chance…
 

 

Critiques

Et bien, après avoir fait 3 tentatives (sans l'avoir fini encore...) (Et sans compter celle où on meurt dès le 3ème numéro. remarquez, c'est ma faute aussi ; Le narrateur dit que personne n'est revenu vivant du lac, et moi, je passe par le lac, comme un con), je pense du bien de ce livre.
Bien sûr, il y a quelques incongruités : la mort hyper rapide dans le lac, la trame de fond qui manque de détails (La problématique des sceaux n'est pas claire comme de l'eau de roche...) ou le numéro 400 qui fait 3 lignes ("Vous avez gagné, bravo"). Malgré ces quelques faux pas, la description des différentes étapes que vous franchissez au cours de vos pérégrinations est plus que correcte. On trouve même des passages très intéressants (Dans la mine, perdu dans la brume, ou pris dans un feu de broussailles (Pas évident à en sortir).
Bref, un ouvrage prenant, même si ce n'est pas le meilleur d'entre tous...

Intérêt : 6,5/10
Difficulté : 7/10
Niki

--------------------------------------------------

« Les Sceaux de la Destruction » fait parti de ces livres que j'avais lus à l'époque où j'étais jeune, et dans lesquels je ne me souvenais de pas grand chose. C'est dont avec curiosité que j'ai ouvert cette oeuvre. À sa fermeture, mon avis est ni excellent, ni mauvais. Il se situe dans le juste milieu. J'ai retenu plusieurs bonnes choses. Tout d'abord l'action, il y en a pas mal, au moins, on garde toujours un souffle épique. Par contre, pour une habileté en dessous de 10, je pense que ça peut être dangereux. Ensuite, j'ai également apprécié sa durée de vie correcte, ainsi que la linéarité moyenne. En effet, au début, plusieurs chemins sont possibles. Par contre vers la fin, nous sommes obligés de nous rendre à un certain lieu pour voir une certaine personne, pour que cette dernière puisse nous mettre en garde contre le traître de l'histoire. Sans ça, il est impossible de finir le livre. Ceci est la principale difficulté du bouquin. Concernant les illustrations, je dois admettre que, même si je n'apprécie pas trop ce que fait Russ Nicholson, il a fait vraiment du bon boulot dans son livre. Ce que j'aime bien chez ce dessinateur, c'est qu'il arrive toujours à pondre des illustrations en rapport avec l'ambiance en général (qui est, ma foi, plutôt bonne dans ce livre). Enfin, je me comprends dans ce que je veux dire. Il y a également quelques passages intéressants (comme les apparitions fantomatiques du début, les squelettes, la vieille femme, la chasse au Tigre, les paysages brumeux) et qui contribuent grandement à l'atmosphère du récit. Au niveau des points faibles, j'e n’en ai pas retenu beaucoup, mais on va dire que ce sont les pires qu'il puisse y avoir ! Un style écrit mauvais (allez comprendre la description des lieux visités) et une narration désastreuse (les paragraphes s'enchaînent mal, je trouve). En plus, l'intrigue, bien qu'originale et pas franchement mauvaise, part un peu en vrille vers la fin, et le fait qu'un Roi part tout seul en mission n'est pas crédible. Et que dire du paragraphe de fin avec ses cinq lignes ? Navrant. Le paragraphe 400 n'est vraiment pas le truc de Robin Waterfield (On l'a déjà remarqué dans la Planète Rebelle).
En résumé, un livre correct qui comporte beaucoup d'éléments, mais qui est gâché par les pires faiblesses que puissent avoir les livres-jeux : style écrit et narration mauvais, court paragraphe de fin et intrigue douteuse. Heureusement que le livre est sauvé par ses combats, ses moments forts et ses illustrations confèrent une bonne ambiance !

Intérêt : 72%
Difficulté :
76%
Sombrecoeur

 


Voir la Feuille d'Aventure
Voir les erreurs

 

 

Retour à la série

Retour aux critiques

 

 

 

La Bibliothèque des Aventuriers | Copyright (c) 2002-2015
 Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

 

 

 

 

© Copyright 2002 - Design : Webmasters-fr.net