Accueil
 Mises à jour
 Actualités
 Interviews
 
 
 
 Séries
 Auteurs
 Illustrateurs
 Traducteurs
 Dossiers
 
 
 
 Erreurs
 Cartes
 Solutions
 Extraits
 
 
 
 Critiques
 Feuilles d'aventures
 Livres-jeux en ligne
 Livres-jeux amateurs
 Quizz
 
 
 
 Forum
 Livre d'or
 Contact
 Liens
 Remerciements
 
 
 

 

 

 

 

Le Justicier de l'Univers


Cliquez sur les couvertures pour les agrandir

 

1ère édition (cliquez sur l'image pour l'agrandir)              
première édition avec le logo
Défis Fantastiques
             
               

   
Série :
Auteur :

Titre original :
Traduit de l’anglais par :
Illustration de la couverture :
Illustrations intérieures :

Année de l’édition Anglaise :

Année de la traduction Française :
Sortie de l'édition Française :

Edition Française :
Collection :
Numéro d’édition :

ISBN :
Nombre de paragraphes :
Défis Fantastiques n° 33
Martin Allen
Sky Lord
Mona de Pracontal
Daniel Moignot
Tim Sell
1988
1989
mars 1989
(première édition avec le logo Défis Fantastiques)
Editions Gallimard (Folio Junior)
Un Livre Dont vous êtes le héros
529
2-07-033529-1
(première édition)
400

 


Résumé

Le Météore décolle dans le vrombissement des tuyères... Aux commandes : VOUS, soldat solaire d'élite et agent spécial du seizième plan temporel. Vous quittez Insulina, votre planète mère, avec pour mission de forcer - seul à bord de votre vaisseau spatial - les défenses de la planète Aarok. C'est là, à l'abri du Dôme aux Merveilles, que l'abominable Cré'Bastin se livre à ses diaboliques expériences. Il a entrepris de se fabriquer une armée à sa dévotion afin de conquérir l'univers. Une armée entière de créatures hybrides, dotées d'une vitesse sidérale dans leurs mouvements : les Préfectas...

Deux dés, un crayon et une gomme sont les seuls accessoires dont vous aurez besoin pour vivre cette aventure. VOUS seul déciderez de la route à suivre, des risques à courir et des créatures à combattre. Bonne chance…

 

Critiques

Soyons clair et bref : derrière ce titre grandiloquent se cache le plus mauvais lvdh de la série. Il y a 15/20 ans, quand les lvdh engloutissaient mon peu d'argent de poche, j'avais été écœuré par ce livre que mon libraire n'avait pas voulu reprendre deux heures après que je l'ai acheté et terminé : sa difficulté est si faible qu'on le résout à la première tentative ; son scénario et son écriture sont si bâclés qu'on n'a aucune envie de le rouvrir pour explorer les autres chemins. Quant au système de combat spatial, qui semblait présenter une certaine originalité, il s'avère à l'usage tellement simple qu'on le croirait destiné à des élèves de CP/CE1. Même les illustrations (a part celle, convenable, de couverture) sont déplorables... Heureusement, je crois que Martin Allen - l'auteur - n'a commis qu'un seul volume ! (mais c'est un de trop...)
En fait, Gallimard aurait dû publier ce titre chez Folio Cadet et non chez Folio Junior.

Intérêt : 1/10
Difficulté : 2/10 (1/10 avec de la chance aux dés)
AlvEric

--------------------------------------------------

Voici enfin la chronique d'un livre que j'attendais de faire depuis un bon moment, surtout que je n'arrêtais pas d'entendre du mal à son propos. Ce livre est « Le Justicier de l'Univers », et je me réjouissais vraiment d'en faire une critique négative. Mais, il y a un problème à ce niveau-là, je risque d'en surprendre plus d'un, mais si je ne peux pas faire une critique dégradante, c'est tout simplement… parce que j'ai bien aimé le livre ! Et oui ! D'ailleurs, j'ai réussi à trouver, et non sans forcer, plusieurs points positifs. Tout d'abord, il y a un historique au début du livre, ce qui est toujours appréciable. D'accord, ce qui est écrit n'est pas toujours très intéressant et très intelligent, mais au moins, lorsqu'on se lance dans l'aventure, on ne fonce pas dans l'inconnu, on sait un peu près de quoi il en retourne. Ensuite, les illustrations sont de bonnes factures, même si elles ne sont pas exceptionnelles. Ne sont pas Martin McKenna et Alan Langford qui veut. Ensuite, et là je crois que c'est un record dans les Défis Fantastiques que j'ai lus jusqu'à maintenant, il y a énormément de combats, du jamais vu ! Est-ce que c'est vraiment un point positif ? Pour moi en tout cas, oui. Un conseil : gardez vos dés toujours tout près de vous ! Bien sûr, qui dit histoire se déroulant dans l'espace, dit combats spatiaux. Ceux-ci possèdent des règles simples, mais efficaces, en tout cas, elles ne sont pas difficiles à mettre en pratique, et c'est une bonne chose. Bon, il y a bien cette règle incompréhensible avec les roulements du vaisseau, sa trajectoire et autres pour approcher d'un vaisseau ennemi, mais bon, avec un peu de logique, vous trouverez la solution après quelques essais. Évidemment, vous n'êtes pas seul dans l'univers, vous allez côtoyer plusieurs personnages non joueur, et même si ce n'est que le temps d'un paragraphe, je n'ai pas souvent vu un livre qui en proposait autant. Certains vous aideront, d'autres qui, au contraire, vous mettront des bâtons dans les roues. Au niveau de l'intrigue, celle-ci est simple, mais on reste quand même assez surpris de la tournure de la fin… En tout cas, moi je l'ai été. Venons-en aux passages intéressants du livre, j'en ai relevé quelques-uns, notamment la station abandonnée du début. Ok, l'ennemi qui nous pourchasse ne fait pas très sérieux (ce sont de grosses boules de poils oranges) mais l'idée est bonne. J'adore être dans un lieu inconnu qui, à l'époque, était peuplé et dont cette population a été décimée par quelque créature, ça fait assez film. D'ailleurs, on rencontre plusieurs cadavres et même des survivants qui, soit vous aideront ou, comme je l'ai déjà dit, vous attaqueront. Ce qui a dérangé chez certaines personnes lors de ce passage, c'est que le personnage est poursuivi mais prend quand même le temps de faire un billard. Mais il faut dire que c'est optionnel, ce n'est pas d'office !! Certes, c'est un choix idiot, mais libre à vous de le faire ou non. Autre chose – toujours dans la station abandonnée – à chaque endroit passé, nous pouvons prendre, dans une liste établie dans le paragraphe, deux à trois objets. On s'en doute, ceux-ci seront utilisés pour combattre le chef des boules de poils orange. Certains ont trouvé l'idée absurde car rien n'est indiqué quel objet sera plus efficace qu'un autre. Mais d'un côté, c'est logique ! Par exemple, une tronçonneuse fera plus de dégâts qu'un simple bout de ficelle, non ? Bon, je poursuis sur ma lancée des événements intéressants. L'idée des trois épreuves est bonne (même si la troisième est assez nulle). Mais ce que je préfère reste quand même la fin. Une immense bataille se déclenche et l'on doit occire le dernier survivant. Bien vu. Je vais terminer sur les points positifs en disant que la durée de vie est longue, et que le héros sort un peu de l'ordinaire puisqu'il s'agit d'un humanoïde ayant quatre bras. Du côté négatif, je trouve que, malgré tout ce que j'ai dit d'élogieux, il manque quand même de l'ambiance, et c'est même assez flagrant. De plus, la narration est assez bonne mais le style écrit n'est pas top. J'entends par-là que les descriptions des lieux ne sont pas toujours faciles à comprendre. Autre chose : si vous avez tiré des statistiques moyennes ou minimales, relancez les dés, vous n'avez aucune chance de finir le livre (du moins, au niveau des combats, car sinon, il n'y a presque pas de difficulté). Pour terminer, je l'avoue ouvertement et je le clame haut et fort: mais pourquoi l'auteur a choisi des noms si ridicules pour les noms des lieux et des personnages ??? Et pourquoi a-t-il des choix aussi saugrenus que de faire du billard alors que nous sommes en danger de mort ? Je ne parle pas des méfaits du méchant du servir (je ne me souviens plus trop ce que c'était exactement, mais il a transformé la tête d'une patiente en un ananas ou un truc de ce genre). Ah oui, une anecdote qui me revient en tête et qui m'a fait sourire: tout au long du livre, on nous informe que le méchant a crée une race des soldat parfaits – les Perfectas –qui sont censés être véloces, rapides, sanguinaires, j'en passe des pires et des meilleurs. Au final, lorsque nous avons l'un de ces combattants en face de nous, on s'aperçoit que ses caractéristiques sont : Habileté: 8  Endurance: 8. À peine plus fort qu'un Orc…Cherchez l'erreur…
En résumé, un livre qui m'a surpris en bien car celui-ci renferme plusieurs bonnes idées, mais, par moment, un peu gâché par des noms et des situations plus que grotesques. Néanmoins, si on enlève le 2ème degré flagrant, les noms ridicules des lieux et des personnages, on a là un livre plus que correct. Et même si le manque d'ambiance se fait ressentir, le livre a d'autres qualités (celles citées ci-dessus) pour qu'on y fasse abstraction.

Intérêt : 81%
Difficulté : 73%
Sombrecoeur

 

 

Retour à la série

Retour aux critiques

 

 

 

La Bibliothèque des Aventuriers | Copyright (c) 2002-2015
 Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

 

 

 

 

© Copyright 2002 - Design : Webmasters-fr.net