Accueil
 Mises à jour
 Actualités
 Interviews
 
 
 
 Séries
 Auteurs
 Illustrateurs
 Traducteurs
 Dossiers
 
 
 
 Erreurs
 Cartes
 Solutions
 Extraits
 
 
 
 Critiques
 Feuilles d'aventures
 Livres-jeux en ligne
 Livres-jeux amateurs
 Quizz
 
 
 
 Forum
 Livre d'or
 Contact
 Liens
 Remerciements
 
 
 

 

 

 

 

Les Mondes de l'Aleph


Cliquez sur les couvertures pour les agrandir

 

1ère édition (cliquez sur l'image pour l'agrandir)              
première édition avec le logo
Défis Fantastiques
             
               

   
Série :
Auteur :

Titre original :
Traduit de l’anglais par :
Illustration de la couverture :
Illustrations intérieures :

Année de l’édition Anglaise :

Année de la traduction Française :
Sortie de l'édition Française :

Edition Française :
Collection :
Numéro d’édition :

ISBN :
Nombre de paragraphes :
Défis Fantastiques n° 48
Peter Darvill-Evans
Spectral Stalkers
Yannick Surcouf
Ian Miller
Tony Hough
1992
1993
avril 1993
(première édition avec le logo Défis Fantastiques)
Editions Gallimard (Folio Junior)
Un Livre Dont vous êtes le héros
699
2-07-057963-8
(première édition)
400

 


Résumé

L'Aleph, ce globe mystérieux provenant d'une autre dimension, possède le fabuleux pouvoir de commander à toutes les forces de l'univers. Et c'est à vous que l'on a confié l'impossible mission d'en assurer la protection et d'empêcher des êtres maléfiques de s'en emparer ! Grâce à vos pouvoirs magiques, vous voyagez librement à travers le temps et l'espace. Mais vous devenez un homme traqué lorsque les Spectres Chasseurs se lancent à votre poursuite. Parviendrez-vous à semer ces créatures de cauchemar qui détectent dans l'espace la moindre trace de votre énergie psychique ?

Deux dés, un crayon et une gomme sont les seuls accessoires dont vous aurez besoin pour vivre cette aventure. VOUS seul déciderez de la route à suivre, des risques à courir et des créatures à combattre. Bonne chance…

 

Informations

Dans la série anglaise, ce livre est en réalité le numéro 45.


Critiques

Dans l'univers du livre interactif, "Les Mondes de l'Aleph" est un titre qui déçoit en même temps qu'il surprend. En outre, ce livre signé Peter Darvill-Evans est bourré de qualités : tout d'abord, l'histoire se caractérise par son ambiance étrange absolument unique dans les Défis Fantastiques d'heroic-fantasy. En effet, c'est la première fois, à ma connaissance, qu'un aventurier de Khul (et plus largement de Titan) est confronté à une civilisation alien (qui plus est d'une technologie supérieure). L'idée de parcourir plusieurs dimensions grâce à un globe mystérieux tombé du ciel est également une très bonne idée de scénario (sans jamais sombrer dans la bêtise loufoque du Temps du Rêve dans Quête du Graal). Le choix des directions est très vaste et les dimensions visitées sont aussi nombreuses que variées. Tantôt on explore les couloirs aux parois métalliques d'un vaisseau spatial appelé Limbo ; tantôt une vaste bibliothèque peuplée par des créatures dignes de Roswell ou des robots largement inspirés de Robby dans le film "La Planète Interdite" ; tantôt il s'agit de votre monde natal, Khul, mais à une époque située dans un lointain futur (comme dans "La Machine à Explorer le Temps"). Parfois, vous serez amené à remplir quelques sous-quêtes au cours de votre quête exotique (détruire un Golem pour le compte de paysans, par exemple) mais le récit ne dispose apparemment pas d'objet indispensable pour finir l'aventure. De plus, les divers lieux que vous parcourez ne semblent pas réellement interconnectés de façon cohérente et logique. Il n'empêche que que certaines descriptions sont magnifiques : en outre, le monde où se trouve votre destination finale (la Citadelle de Cristal de l'Archimage Globulus) me rappelle "Les Mages de Solani" (forêts, mer, falaise et pas âme qui vive), la difficulté en moins. En cela réside la plus grande faiblesse de ce livre : je viens d'atteindre le 400 après avoir  livré un seul et triple combat archi-facile contre des Ranganathans, sans perdre 1 seul point d'ENDURANCE, ni de CHANCE ni d'HABILETE ni utilisé le moindre objet collecté, le tout en ayant parcouru moins de 20 paragraphes !
Intérêt : 61 %
Difficulté : 39 %
Marmouscule

--------------------------------------------------

Peter Darvill-Evans, que nous n’avions plus vu depuis « La Nuit des Mutants », est de retour pour ce 48ème livre de la série Défis Fantastiques intitulé « Les Mondes de l’Aleph ». Disons le tout de suite, ce livre ne casse pas des briques, il doit même être l’un des moins bons de la série. Certes, je le conçois, l’histoire (du moins sa structure) est originale, de même que le fait de pouvoir visiter plusieurs mondes différents. Néanmoins, les trois quarts de ces mondes ne recèlent rien d’intéressant, autant du côté des rebondissements que des rencontres. Ah, si, il y a quand même un moment bien trouvé c’est quand on se retrouve parachuté dans le Royaume de Khul 400 ans après. L’auberge que nous visitons nous réservera bien des surprises et ce passage peut presque paraître un peu glauque (vous comprendrez lorsque vous lirez ledit passage). Le style écrit est plutôt correct, même si je trouve que, parfois, ça manque quand même de descriptions par rapport aux lieux que nous visitons. Bon, d’accord, chaque endroit visité possède ses peuplades et ses dangers, mais ça reste tout de même bien limité. Tiens, un fait intéressant qui me revient à l’esprit : tout au long de l’histoire, le héros est poursuivi par des genres de spectres qui veulent récupérer l’Aleph. Bonne idée mais mal exploitée. Pour terminer les points positifs, j’ajouterai que les illustrations sont de bonne qualité. Passons aux points faibles qui sont légions. Pour commencer, mais ça je l’ai déjà dit en début de critique, l’histoire en elle-même, bien qu’originale, est monotone, venant du fait qu’il n’y a aucun vrai rebondissement et aucun moment digne d‘intérêt (excepté celui mentionné plus haut). Ensuite, pour les accros de combats, sachez que ceux-ci se comptent sur les doigts d’une main. On aime ou on aime pas. Moi je l’avoue, j’apprécie bien quand il y a plusieurs combats à mener. Je continue avec l’ambiance du livre qui compte vraiment beaucoup pour moi dans l’appréciation d’un livre. Mais là, je n’ai ressenti aucune ambiance qui émanait du livre au point que je n’ai pas réussi à me plonger dans le récit. Je ne sais pas, l’auteur n’a pas réussi à retranscrire l’atmosphère des différents lieux à visiter. C’est dommage, côté ambiance, Peter Darvill-Evans l’avait plutôt bien maîtrisée (du moins en début du livre) dans « La Forteresse du Cauchemar ». Pour ce qui est des personnages rencontrés, c’est comme pour l’ambiance: rien du tout ! Aucun ne sort du lot ou n’est charismatique. Pourtant, on en rencontre pas mal, même si c’est le temps d’un paragraphe. Je suis d’accord, n’est pas Stepehn Hand qui veut avec ses personnages secondaires charismatiques de « L’Arpenteur de la Lune », mais quand même! Ce brave Peter Darvill-Evans aurait pu se donner un peu  plus  de  peine  de  ce  côté-là.  J’en  viens maintenant  à  la  durée  de  vie du  livre. Il  y  a  deux  extrêmes :  soit  vous  n’avez pas de « chance » aux dés (la plupart du temps, lorsque vous changez de monde, c’est sur un lancé de dés) et vous devez traverser la majorité des mondes avant d’arriver à la fin, soit vous avez de la « chance » et vous finissez le bouquin en seulement quelques paragraphes. Est-ce que le système est mal exploité ? Je pense que oui. De ce fait, je ne vous cache pas que ce livre ne renferme aucune difficulté. Il y a peut-être 2-3 objets à trouver mais comme on peut finir le livre en une dizaine de paragraphes, vos fouilles auront été vaines. Il peut y avoir comme un léger goût de frustration en fin de lecture.
En résumé, un livre vraiment moyen, à défaut d’être médiocre. Pas grand-chose d’intéressant tout au long du livre, si ce n’est un synopsis plutôt original par rapport à ce qu’il y a dans la série Défis Fantastiques. Sinon le reste des points positifs est plutôt futile. Trop de défauts à mon goût pour un seul livre. Je n’aime pas dire du mal, mais je crois que Peter Darvill-Evans ne devrait pas trop se faire d’illusions quand à sa réussite dans l’univers des livres dont vous êtes le héros.

Intérêt
: 64%
Difficulté : 58%
Sombrecoeur

 

 

Retour à la série

Retour aux critiques

 

 

 

La Bibliothèque des Aventuriers | Copyright (c) 2002-2015
 Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

 

 

 

 

© Copyright 2002 - Design : Webmasters-fr.net