Accueil
 Mises à jour
 Actualités
 Interviews
 
 
 
 Séries
 Auteurs
 Illustrateurs
 Traducteurs
 Dossiers
 
 
 
 Erreurs
 Cartes
 Solutions
 Extraits
 
 
 
 Critiques
 Feuilles d'aventures
 Livres-jeux en ligne
 Livres-jeux amateurs
 Quizz
 
 
 
 Forum
 Livre d'or
 Contact
 Liens
 Remerciements
 
 
 

 

 

 

 

Le Seigneur de l'Ombre


Cliquez sur les couvertures pour les agrandir

 

1ère édition (cliquez sur l'image pour l'agrandir)              
première édition  avec le logo Dragon d'Or              
               

   
Série :
Auteur :

Titre original :
Traduit de l’anglais par :
Illustration de la couverture :
Illustrations intérieures :

Année de l’édition Anglaise :

Année de la traduction Française :
Sortie de l'édition Française :

Edition Française :
Collection :
Numéro d’édition :

ISBN :
Nombre de paragraphes :
Dragon d'Or n° 3
Oliver Johnson
The Lord of Shadow Keep

Jean Walters
Bruno Elettori
Leo Hartas
1985
1985
octobre 1985
Editions Gallimard (Folio Junior)
Un Livre Dont vous êtes le héros
327
2-07-033327-2
300

 


Résumé

La désolation et la terreur règnent dans le royaume de Lalassa. De puissants sortilèges ont en effet réduit le roi Valafor à l'état d'un vieillard sénile, et c'est Arkayn, le Seigneur de l'Ombre, qui impose au pays sa volonté, qu'il fait respecter grâce à la nécromancie et à la magie noire. Vous êtes un officier de la garde royale, le plus fidèle des chevaliers de Valafor. Dans un souffle, votre roi vous a supplié de mettre fin à l'odieuse tyrannie d'Arkayn, et c'est sans hésiter que vous vous êtes mis en chemin vers la Citadelle de l'Ombre, le repaire du Félon.

Deux dés, un crayon et une gomme sont les seuls accessoires dont vous aurez besoin pour vivre cette aventure. Vous seul déciderez de la route à suivre, des risques à courir et des créatures à combattre. Bonne chance...

 

Critiques

Troisième volume de la série Dragon d'Or, Le Seigneur de l'Ombre est beaucoup moins terrifiant qu'il n'y paraît. Basé sur un scénario basique (combattre un tyran dans sa kôôlossale Citadelle par une nuit de pleine lune), la progression s'effectue sans aucune difficulté particulière (Le Tombeau du Vampire et le Château des Âmes Damnées souffraient du même défaut). Les mises en garde du chevalier prisonnier de l'auberge concernant la dangerosité du site ne sont pas du tout en adéquation avec la réalité vécue par le lecteur. Les épreuves s'enchaînent sans que l'on se heurte à une difficulté véritable. L'exploration de la demeure du Maître ressemble plutôt à un parcours de santé et les directions proposées conduisent rarement à des impasses. Il n'y a pas ou peu d'objet absolument indispensable pour s'affranchir de telle ou telle épreuve. Le système de combat au dé, plus simple et plus rapide que dans les Défis Fantastiques, rend les affrontements plus accessibles aux novices. Les illustrations, de style baroque, conviennent parfaitement à l'ambiance humoristique. Les perspectives étant chancelantes et débonnaires, les personnages versent ainsi dans la bonhomie, quoiqu'on garde un souvenir émerveillé de la Femme Tigrée qui se prélasse au coin du feu. Pour clore sur ce tableau élogieux, il est regrettable que l'aventure ne comporte que 300 paragraphes.
Intérêt
: 62 %
Difficulté : 57 %
Marmouscule

--------------------------------------------------

Troisième tome de la très bonne série Dragon d'Or. Après un deuxième opus ce passant dans une pyramide, nous nous retrouvons cette fois-ci  dans un récit dans la lignée du Tombeau du Vampire, à savoir une ambiance assez sombre et lugubre.  Et c'est tant mieux ! Dragon d'Or n'est jamais aussi bon que dans des ambiances comme celles-ci ! Bon, l'histoire est somme toute très banale (tuer le méchant dans sa forteresse) mais comme d'habitude, l'histoire est bien ficelée, et bien écrit. A noter que cette fois, Morris a cédé sa place à Oliver Johnson, qui est également très à l'aise dans la façon de raconter une histoire. Le début, jusqu'à l'arrivée dans la citadelle, est excellent, et dégage vraiment une très bonne atmosphère. Notamment le début, avec le cavalier qui est sur la couverture du livre. A sa place, vous pourriez également rencontrer un autre personnage, qui vous surprendra. L'auberge est aussi un moment intéressant, où vous rencontrerez un chevalier qui vous mettra en garde contre la Citadelle du Seigneur de l'Ombre. Malheureusement, ses dires ne seront pas exactement la vérité, car le challenge que vous proposera ladite Citadelle n'est guère élevée. Mais ceci est un défaut récurrent de la série. C'est-à-dire le manque de difficulté, hormis les combats (satanées règles !) qui, pour une fois, seront nombreux. Donc si vous avez de la chance, il n'y aura aucun problème, par contre, si les dés vous seront défavorables, attendez-vous à mourir. Au niveau des faits marquants... hum, je dirai le début pour commencer. Ensuite, la petite balade en balai avec la sorcière est plus qu'originale, et le banquet en compagnie des goules est vraiment une très bonne idée, et fait assez frissonner. Mais je dirai que la meilleure rencontre est celle avec la femme féline au coin du feu. Passage très chaleureux, si je puis dire. Il y a encore un ou deux passages captivants, mais je n'en dirai pas plus. Mais il n'y a quand même moins que dans le tombeau du vampire. Au niveau de la durée de vie, elle est correcte, à l'instar du Dieu Perdu. Toutefois, l'aventure reste un tantinet linéaire, mis à part quelques choix parsemés ça et là. Au niveau des illustrations, rien à redire. Fidèle à la série Dragon d'Or, c'est-à-dire qu'elles correspondent très bien avec l'univers du récit. Le combat de fin n'est pas des plus difficiles, mais le Seigneur de l'Ombre est un très bon méchant. En tout cas, il y du style.
En résumé, comme les deux précédents, le Seigneur de l'Ombre est un très bon livre dont vous êtes le héros, même légèrement en dessus du deuxième (le style d'aventure et de situation me plaisent quand même un peu mieux) par contre, ils possèdent autant de moments forts l'un que l'autre. Vous ne serez pas déçu du combat de fin, et vous suivrez l'aventure avec intérêt, même si celle-ci est peut-être un peu linéaire. La difficulté n'est pas très difficile, et il est possible que vous combattiez à de nombreuses reprises. Mais les points forts resteront toujours l'ambiance et les illustrations. La note de la difficulté est prise en compte si vous avez de la chance aux dés.
Intérêt : 8,5/10
Difficulté : 6,5/10
Sombrecoeur

--------------------------------------------------

On garde toujours un souvenir ému de son premier livre dont vous êtes le héros. Moi, c'était celui-là. Pourquoi ? Je suppose qu'en entrant dans la librairie avec ma mère, au moment de choisir un titre parmi les dizaines qui affichaient leur superbe dans les rayons (c'était les années 80, l'âge d'or de ces fabuleux bouquins), la couverture du Seigneur de l'Ombre m'avait attiré. Il est fascinant, ce spectre qui chevauche la campagne les nuits de pleine lune, afin de répandre la mort et la désolation dans des contrées terrorisées. Près de vingt ans plus tard (et oui, déjà !), j'aime toujours ce livre.

Bon, disons le tout de suite, il n'est pas très dur. Je crois d'ailleurs que toute la série Dragon d'Or est un peu comme ça. C'était mon premier et sans aucune expérience, je l'avais terminé assez facilement. D'autant qu'il n'est pas long, 300 paragraphes, contre 400 pour la plupart des Défis fantastiques par exemple. Le système des combats est très simplifié. L’adversaire n’a que des points d’endurance. Il faut lancer deux dés et le résultat du lancer détermine ce qui se passe. Exemple : de 2 à 5, vous êtes blessé et vous perdez 3 points d’endurance ; de 6 à 9, vous blessez légèrement votre adversaire et il perd 1 point d’endurance ; de 10 à 12, vous le blessez gravement et il perd 3 points d’endurance (le barème change selon les adversaires).

Seul le combat final contre le Seigneur de l'Ombre peut poser problème si on a perdu trop de points en route, c'est un adversaire très coriace, il a 18 en endurance (alors que la plupart des créatures ne dépassent pas 10) et pour le blesser, il faut au moins tirer un 8 avec deux dés. Sinon, le récit est assez linéaire. Mais l'ambiance est très prenante et d'après mes souvenirs, l'histoire était bien rédigée. En résumé, pour les joueurs invétérés, Le Seigneur de l'Ombre ne présente aucune difficulté et n’est donc pas d’un grand intérêt. Mais pour les débutants, et pour ceux qui s'attachent d'avantage au récit qu'à la difficulté de l'aventure en elle-même, c'est un bon livre. Et les illustrations intérieures sont plutôt réussies. Quant à la couverture, je me répète, mais je la trouve magnifique !
Intérêt : 85 %
Difficulté : 60 %
Allobroge


Voir les erreurs
Voir la Feuille d'Aventure

 

 

Retour à la série

 

 

 

La Bibliothèque des Aventuriers | Copyright (c) 2002-2015
 Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

 

 

 

 

© Copyright 2002 - Design : Webmasters-fr.net